Les documents créés par Marie M.

Document 1 : Journal intime

9 juin 2000

Ce matin au cimetière juif j’ai été impressionnée par la proximité des tombes qui se chevauchent presque

Que peuvent-ils se raconter ceux qui sont voisins pour l’éternité ? j’aimerais comprendre l’hébreu. Les inscriptions sur les tombes me fascinent. Je voudrais connaître leur sens. Que peut-on inscrire sur la tombe de celui qu’on aime et qui nous quitte ?

 

10 octobre 2003

Le cimetière chrétien d’Essaouira semble abandonné. Pour de nombreuses tombes, seule, subsiste la croix, le reste a disparu. En est-il de même du souvenir de la personne enterrée ?

J’ai vu une tombe au milieu de laquelle la végétation pousse, entrelacements de pierres et de plantes. Tout va ensemble comme le visible et l’invisible, la mort et le vivant

Où vont les âmes ???

22 septembre 2010

Je pensais que le Maroc panserait mes plaies et me permettrait de retrouver la capacité d’agencer  des mots pour faire des phrases qui constitueraient un texte. Mais ici, encore je ne peux que constater mon incapacité à écrire

 

Document 2 : 4ème de couverture

Paul a hérité d’une maison à Essaouira. Il décide de s’y installer et quitte Paris où il a toujours vécu. Il y découvrira un secret enfoui depuis plusieurs générations

Incipit

Il n’a jamais oublié cette nuit là

Le sirocco soufflait et recouvrait la ville de son voile brûlant. Au loin on entendait le Guen bri et la tarîqa. Les gnaouas étaient prêts. C’était la Lila, la nuit où il saurait enfin…

Excipit

Les mots sont vains

Les logorrhées lui sont insupportables

Le temps s’est figé

 

 

Document 3 : Lettres

 

Anna,

Tu vois je respecte ma promesse. Je t’avais dit que si je n’avais pas de tes nouvelles pendant un an, je te contacterai au bout de… un an et un jour. Cela fait aujourd’hui un an et un jour que tu ne t’es pas manifestée. Alors je viens vers toi et te tends la main. Tu peux t’y accrocher, elle est solide et fidèle.

Tu me manques, toi, toute entière, tu me manques.

Quand nous nous sommes quittés tu me disais avoir commencé l’écriture d’un nouveau livre. L’as-tu terminé ?

André

 

 

André,

J’ai reçu tes mots ce matin. Je sais ta fidélité et ton amour ; une fois de plus c’est toi qui fais le premier pas. Un an et un jour me dis-tu ? Je crois pourtant que c’est hier que tu m’as souri quand je t’ai quitté… un an et un jour sont passés et mon livre est terminé. J’ai tellement souffert. Mon cœur et mon cerveau étaient aphones, les nuits blanches et les journées noires. Pourtant j’ai continué à creuser le sillon des mots. Toi qui me connais si bien tu ne seras pas étonné par le titre que j’ai choisi : « Silence autour du cou » . No comment, André,  je sais ce que tu penses ! Je t’enverrai un exemplaire bien sûr quand le livre paraîtra. Tu liras attentivement la dédicace et tu comprendras.

Malgré mon silence je t’aime

Anna