Et qu’enfin meure le soleil…

4ème de couverture du livre « Et qu’enfin meure le soleil » de OLIVIER DE DRIADI                  

 

« Et qu’enfin meure le soleil! « 

Enquête par 40° à l’ombre.

Procès, tortures et embrasements, voilà ce qu’évoque la canicule de 2006 dans l’imaginaire collectif.

Pourtant, cette année au demeurant toute ordinaire, était marquée par deux faits politiques importants. Une femme venait de remporter les primaires d’un grand parti et celui qui allait être le futur président se déclarait candidat aux prochaines élections, proposant comme slogan « la rupture ».

Mais c’est la chaleur de l’été qui marqua les esprits, la deuxième plus importante depuis les années 50, après celle de 2003.

Olivier de Driadi corrige les idées reçues, éclaire d’un jour nouveau, la chronologie de cette période, mettant en évidence les conséquences inattendues de cette canicule, privilégiant ainsi, l’éclosion d’événements exceptionnels aux dépends de la médiatisation politique de cette période.

Une excellente synthèse qui permet de dévoiler l’ombre du soleil.

D D’O