L’amazone à terre

Le voyage touchait à sa fin. Après une marche difficile vers le monticule, elle découvrit ce qu’elle cherchait. Tout d’abord une vue imprenable sur la plaine ou seul le clocher arrêtait le regard et cette scène antique retrouvée sur cet étroit plateau. La reproduction de la gravure de son livre d’enfant fondateur prenait vie. Elle … Lire la suite L’amazone à terre

La noirceur du blanc… oxymores – 3

Pénombre lumineuse   C’est folie raisonnable Que de se hâter lentement Dans une étroite immensité,   C’est folie raisonnable Que de jeter un regard aveugle Sur ce fragile granit,   C’est folie raisonnable Que de pousser un cri silencieux De gaîté triste   Rudesse douce ou douceur rude Rondeur carrée ou carrément ronde Valse immobile … Lire la suite La noirceur du blanc… oxymores – 3

La noirceur du blanc… oxymores – 1

Le clair-obscur d’Abdoul le Sénégalais.   Abdoul était déjà un vieil adolescent. Abêti souvent d’une bêtise éclairée, Notre singulier Sénégalais était d’un noir blême. Aimant se baigner dans les eaux sèches, bravant au détriment de sa santé Des myriades de microbes géants, Abdoul se comportait en pointillés continus Une fois noir, une fois blanc, modeste … Lire la suite La noirceur du blanc… oxymores – 1

Céleste

Céleste habitait dans la tour qui dominait le village, bâtie en surplomb de la rivière. Personne ne pouvait dire depuis combien de temps elle vivait là, ni comment elle était arrivée. Personne ne lui avait jamais connu d’amoureux, de fiancé ou de mari. Elle était d’un naturel aimable, bavardait volontiers en attendant son tour à … Lire la suite Céleste

Fille de la nuit égarée

photo de Dorothea Lange Tu tiens baissées tes paupières de neige. Tu tiens cachés tes doigts de rose. Tu tiens voilé le haut du corps, masquant la beauté rayonnante d’autrefois quand à l’aurore, se répandait des rameaux agités, une rosée tardive. Vierge sans ailes qui n’annonce plus aux dieux ni aux mortels l’arrivée imminente de la lumière blonde … Lire la suite Fille de la nuit égarée