Le rêve de Colette

The Valkyrie’s Vigil par Edward Robert Hughes (1851-1914)   De son « lit radeau » elle observe, immobilisée par une arthrite de la hanche, elle se dilue doucement dans la vague quiétude du rêve éveillé, qui bientôt l’entrainera de l’autre côté du miroir, de là d’où on ne revient pas. Elle observe le chef d’orchestre, debout la … Lire la suite Le rêve de Colette

La corde sensible

Magritte –   Un guéridon posé au milieu du visage ferait autant d’effet ! Le verre de champagne grandeur nature est posé au milieu de nulle part sur un sol aride parsemé de bruyères. Un chemin de mousse blanche serpente auprès du pied de verre. Ce chemin s’évade vers les rocheuses qui apparaissent au loin. Entre … Lire la suite La corde sensible

Sur un tableau de Magritte

Magritte – La mémoire. Une tête, masque funèbre, surgit d’un sol gris, plaque d’acier poli. Les yeux clos d’un voile de tristesse portent la marque d’un deuil, souvenir cruel ravivé par un sanglant éclat carmin. Sa chevelure, casque lourd et ordonné, marmoréen, amplifie l’impression de mort. Une sphère, peut-être projectile ayant causé la blessure, peut-être … Lire la suite Sur un tableau de Magritte

La voix du sang

  Au centre du tableau, l’arbre majestueux ouvre dans son tronc massif deux portes et dévoile en ses entrailles deux petites niches. La plus haute contient  une sphère rosée,  matrice de la vie offerte au clair de lune. Celle du dessous, une  maison bleue aux fenêtres toutes éclairées. Du bleu au rouge, l’arbre nourrit de … Lire la suite La voix du sang

Valse hésitation

Au premier plan, il se détache, adossé au muret gris bleuté, marbré, froid. A sa droite une boule (pierre, acier ?) fendue en son milieu par une ligne courbe qui divise les deux hémisphères en part égale. On dirait un grelot. La silhouette de l’homme est statique, traversée par un paysage de collines et de … Lire la suite Valse hésitation

Paradis

Magritte – valeurs personnelles Quand j’imagine parfois le bout du tunnel, Mes neurones en lecture, se veulent rassurants. J’y retrouve mon savon et mon peigne sempiternel. De mon lit, je palpe le ciel à bout touchant.   Le céleste séjour est nettoyé, il y a beaucoup de blanc, Mais j’ai quand même pris le nécessaire, … Lire la suite Paradis