La grande virale

Il est là, clandestin, chez-nous sans passeport,

Lui, et sa cohorte venue semer la mort,

Arrivé en marchant, ou en train, en bateau,

Et même par les airs, sans flambeau ni drapeau,

Pour sucer notre sang, aspirer notre sève,

Pour sécher nos poumons, encager tous nos rêves.

 

Le tocsin a sonné, d’abord les réservistes,

Fi de leur retraite, médecins et lampistes,

Rejoignent les troupes pour chasser le virus.

Mais le belligérant propageant toujours plus,

La guerre est déclarée, on est tous concernés,

Le prodrome est précis, on est mobilisé.

 

Dix-neuvième Covid avance en régiment.

La grande virale en appelle au ralliement ;

Rescrit sanitaire, pour crise humanitaire.

Aux docteurs se rallient pompiers et militaires

Génies, Intendances pour tuer la rombière.

Ne gageons pas nos corps, au virus sans frontière !

 

Olivier de Driadi