Ode aux corps de Picasso

Pic, Pica, Picasso

A coups de couteau,

A traits de pinceau

Cassent et s’imbriquent

Les morceaux dans tes tableaux

 

 

Dépeceur illuminé de corps

De femmes, reconstruits

Au bout de ton pinceau rageur

Tu n’as cure, ô Picasso

Des conventions, des dimensions

Bien établies par les académies

 

 

Pic, Pica, Picasso

A coups de couteau,

A traits de pinceau

Cassent et s’imbriquent

Les morceaux dans tes tableaux

 

 

Lignes brisées, angles cassants

Un rien de courbe, une touche d’ombre

Et le visage, le corps, la femme apparaissent

Tu épures, ô Picasso

Tu simplifies mais jamais ne t’égares

Dans l’art abstrait

 

 

Pic, Pica, Picasso

A coups de couteau,

A traits de pinceau

Cassent et s’imbriquent

Les morceaux dans tes tableaux

 

 

Couleurs vives et flamboyantes

Chaudes et froides contrastées

Reflet de tes origines hispaniques

Tu t’amuses ô Picasso

Un œil de face, un nez de côté

Un regard fixe, désabusé

 

Pic, Pica, Picasso

A coups de couteau,

A traits de pinceau

Cassent et s’imbriquent

Les morceaux dans tes tableaux

 

Période rose, période bleue

L’artiste cherche, s’inspire, exprime

Masques africains, Cézanne, Gauguin

Tu t’aventures ô Picasso

Dans les drames de l’histoire

La guerre et le désespoir

 

 

Pic, pica, Picasso

A coups de couteau,

A traits de pinceau

Cassent et s’imbriquent

Les morceaux dans tes tableaux

Les musées du monde entier

Chantent tes louanges

O Picasso, chantre du cubisme

Annie Brottier