Vers l’aval d’un fleuve impossible

Vers l’aval d’un fleuve impossible,

Mille et mille et mille embarcations

Sampans, jonques, barques,

Pirogues, cargos, remorqueurs,

Tous ornés de lanternes, de lampions,

De lampes orange, jaunes, solaires.

Tous embarqués sur le fleuve

Tous ayant largué les amarres

Filant au gré du courant.

Voiles, hélices,

Gouvernails, rames ou pagaies

Contournant les pilotis

Évitant les îles

Frôlant les plages.

 

Sur les rivages aux collines sombres

Des palais, des musées,

Des pagodes, des cimetières,

Des cités, des labyrinthes,

Des déserts, des brousses, des jungles,

Des éléphants, des chameaux,

Des corbeaux, des aras,

Des ânes et des chevaux,

Des chimères, des idoles,

Spectateurs immobiles

D’un monde révolu

Gardiens d’archives de poussière,

Livres, cartes, planisphères

Cédant le terrain aux cactus,

Aux bonsaïs flétris,

Sous des soleils perdus,

Rouge cadmium.

 

Sous les eaux

Des poissons somnambules

Au loin un rêve de lacs,

De lagunes, d’estuaires.

Escales imaginaires

Sous des cieux impassibles

De ce fleuve impossible.

 

Dominique Benoist