Cut-up

 

 

S’il te faut repartir, prends appui contre une maison sèche (R-Char)

A la lisière, son chant, les brumes blanchies à la chaux s’implantent

l’éducation.

Jeunesse ancienne se poste.

La passion était ardeur.

Les enchantements retrouvés, horloge, chemin,

Les sultanes les éclairent.

Les conquérants touchent vivement les arcs en ciel vert-de-gris.

Les écluses, longtemps mélancoliques lessivent une distance immobile

Route, bois nains voyagent

Raison dégage

Feu, sombre d’or jette l’essaim des feuilles

Avançant une cathédrale sans coqs.

Je serai au-dessus sur la berge dans l’extase du monde

Promesse et jouissance se mêlent à l’éternité

Observe et enfin tu…tu

Chanteras sauvagerie

Pardonne surhumain sonore

Mène la rédemption jusqu’à la mer de Palestine

Isabelle Lebon