Poudre et perruques au festival de Cannes

4ème de couverture

C’est l’euphorie, l’effervescence dans ce décor éphémère du monde cinématographique, incontournable moment médiatisé. Tapis roulant de poupées poudrées, défilé de costumes, coiffes et perruques arborant leur large sourire aux badauds. Tant de légèreté et de faste…

Journalistes, photographes créateurs de l’événement, soutien traditionnel des marchands de rêves, marchands d’images nous façonnent le festival.

Mais qui se passionne réellement pour ce festival de Cannes ?

Chloé, infirmière à l’hôpital dans les rues parallèles au palais des congrès, loin des caméras, est appelé par la chambre 107. Elle ouvre la porte de la 107, prendre les paramètres de la patiente, allongée dans sa blouse bleue, semi-inconsciente. C’est Sharon Stone.

Estelle Fillâtre