La posture du cobra

Dans ce décor de sable et de buissons arides asséchés par un soleil implacable, je marche seule depuis des heures en espérant atteindre la petite mission avant l’arrivée de la nuit. Un sifflement derrière moi, je me retourne presque surprise de voir des traces de pas sur le sol, pourtant ce sont les miens, mais je repère aussi un sillage qui serpente entre les herbes sèches, un sillage qui ne présage rien de bon. Les serpents sont nombreux dans ces régions désertiques, particulièrement le cobra. Le cœur battant j’allonge le pas… surtout ne pas s’attarder. Le sifflement se répète plusieurs fois me semble-t-il. Je pivote, énervée, essoufflée, je ne sais plus où aller et la panique me gagne. Je sens le danger d’autant plus que je ne le vois pas et pourtant devant moi à quelques mètres une gerbe de poussière se soulève et me pique les yeux. Je devine plus que je ne vois la lutte à mort que se livrent les deux adversaires et je m’approche, fascinée. J’assiste à un étrange combat de boxe fait de feintes et d’esquives, de coups rapides comme l’éclair. Maintes fois, ils se ratent, maintes fois ils se frôlent et contre-attaquent. J’admire la souplesse, la force qui émanent des deux reptiles, la beauté des mouvements, la vitesse des échanges. Leurs crocs suintant de venin sont prêts à frapper et tuer en moins d’une seconde. Je m’arrache au spectacle avant d’être repérée, on m’attend là-bas.

Annie