La pince

C’est l’histoire d’un panier de crabes, un très joli panier en osier fileté, rempli de crabes très éveillés. Du panier un crabe s’est échappé. J’ai repéré les traces de ses pinces. J’ai cru au début que c’était un jeu. En riant je l’ai esquivé. Puis son mouvement s’est répété et il m’a frôlé doucement. Je ne me suis pas méfiée, mais pour l’éviter j’ai pivoté et j’ai été déséquilibrée. Tel un champion il a réitéré sans se fatiguer. Moi je me suis épuisée, énervée. Je manquais de souplesse, de rapidité. Ses  grosses pinces m’ont attrapée et pincée. C’était impossible de l’éviter. Ce crabe, mon crabe qui dort en moi, récemment j’ai pu le neutraliser. Tout mon visage raconte l’histoire de cette victoire, de tous ces petits crabes anéantis, et de ma nouvelle naissance.

Ghislaine