Le crocodile – 2

Comme je descendais le fleuve Congo sur mon canoë récemment acheté en solde dans le magasin Décathlon proche de chez moi, je crus bon de m’arrêter un instant pour prendre quelques photos. Je m’assis donc sur un tronc d’arbre au bord de l’eau – j’avais pris soin de le choisir bien propre et luisant sans doute nettoyé par une crue récente.

Mais que se passe-t-il ? Le tronc bouge! Je me trouve déséquilibré. Une extrémité du tronc se met à frapper le sol avec vigueur.

Déstabilisé, je commence à comprendre ce qui m’arrive : c’est sur un crocodile que je me trouve assis en ce moment.

Je tente l’esquive en souplesse, peine perdue l’animal d’un coup de queue me fait tomber à terre. Mes poings ne me seront d’aucune utilité dans cette situation désespérée. Je tente de retrouver mes esprits, de faire le point, de quelle arme défensive puis-je disposer ? J’aperçois tout à coup la pagaie du canoë … voilà qui est fait. Je frappe rageusement sur la tête de l’animal, en vain cela ne fait qu’accroître la fureur de celui-ci. Désespéré, je vois ma fin proche, je revois ma vie en images durant les quelques instants qui me restent à vivre, je pense à mes lectures préférées comme par exemple les albums de Tintin et Milou.

Tintin et les Navarros … voilà la solution, une bonne allonge me sera nécessaire. Pendant que l’animal ouvre largement la gueule, je tente de placer ma pagaie entre ses mâchoires.

Raté !

Deuxième essai, c’est le bon, mon crocodile penaud me regarde d’un œil stupide les mâchoires écartées. Juste le temps de prendre une photo à placer bien entendu sur mon réseau social favori.

 Claude