Quelqu’un quelque part sur l’arbre généalogique – 3

MAURICE, intellectuel et mystique, encouragé par sa mère Marguerite fait de brillantes études au grand séminaire. A 22 ans il est ordonné prêtre en charge de la paroisse d’Ornolac. Ainsi il peut veiller sur sa mère cette sainte femme. Il reste celui qui fût inquiété par la justice à avoir trop serré sa petite nièce Marie-Dominique.

MARIE-DOMINIQUE, militante féministe, admirative de la lutte de Gisèle Halimi, met son passé au service des opprimées. Elle tombe amoureuse de Jean ,

JEAN CABROL  qui sait l’apaiser et l’accompagner vers la maternité. Cet instituteur, communiste et athé, entre dans cette famille par amour pour elle sans jamais s’y sentir à l’aise.

MARGUERITE Rouanet fervente catholique épouse dévouée et admirative du patriarche. Elle vit pour l’amour du Christ, orne tous les jours l’autel de fleurs fraîches et tout aussi quotidiennement, communie. Elle est fière de donner son Maurice à la paroisse qui n’a pas su l’apprécier et s’est mise à hurler avec les loups. Elle vient d’apprendre l’origine de son surnom, Marguerite le petit chiffon. Une cousine indélicate décrit son moyen contraceptif « le petit chiffon  » avec force détails et moqueries en évoquant la conception du 5ème enfant non désiré. Et elle qui pensait le devoir à sa dextérité ménagère !

DAMIEN se cherche sur l’arbre généalogique. Sa branche est courte. Son compagnon tant aimé a été décapité par les ciseaux de la censure. Il a 40 ans porte souple (danseur classique), beauté et surtout bonté.

ANNIE, Anne-Marie dite Nini pour la famille. Ne supporte pas les surnoms, les petits noms, ils ne sont pas toujours à son avantage. Ailleurs, au village de ses 19 ans où elle ne va plus, elle est « la boche ». Fin 1945, fin de son amour pour Franz reparti et elle du courant d’air dans et sur la tête. Elle n’a jamais amené ses enfants au cirque, ne peut plus entendre le roulement de tambour – lui qui  annonçait le spectacle de ses belles boucles tombant au sol.

CLAIRE a perdu le combat du cœur. Brillante étudiante en droit à la faculté de Montpellier, elle tombe amoureuse de son professeur de droit pénal, bel homme, légèrement plus âgé et tellement intelligent, reconnu par ses pairs. Elle a été battu par sa presque sœur, sa cousine jumelle et il aura fallu bien des années pour qu’elle retrouve cette amitié. Organiser la cousinade avec Anne en est la preuve. Elle se fait fort de ne plus rien ressentir au contact d’Eric VIEU qui l’est beaucoup plus que son gentil Bernard.

ANNE, nom de femme mariée VIEU. Elle a toujours su qu’elle l’aurait ce professeur adulé (elle obtient toujours ce qu’elle veut) et que sa cousine serait très malheureuse par sa faute. L’amour pour un homme ne se partage pas même en famille.

ERIC, brillant professeur de droit qui s’est fait connaître par ses écrits, incontournable pour tout homme de loi, et adulé par ses étudiants et surtout ses étudiantes. Il a adoré être l’enjeu des deux cousines. Maintenant à la retraite, il pêche et vit dans ses souvenirs narcissiques et passe en revue ses conquêtes féminines. Son grand regret, s’être trompé de cousine. Il s’imagine plus heureux avec Claire, si douce, si compréhensible et surtout brillante avocate. Trop tard.

CAMILLE, 2007, dernière-née de la tribu. Tout le portait de l’aïeul Elie DRESSAYRE, la forme du visage, les yeux grands ouverts sur le monde. On lui souhaite de ne connaître aucune guerre.

RMQ

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s