La Sirène

   VISITE à la SIRENE

http://www.lasirene76.com/l27association.html

A la Sirène il y a des objets qui me parlent:

des journaux, des encriers et des plumiers

des dentelles

des fèves

des pots de chambre

des pipes et des boites d’allumettes

des masques, des coqs

des billets et des pièces de monnaie

des rasoirs et des appareils photos

Thérèse

 

Le chien de porcelaine

Il est en porcelaine, le petit épagneul

Allongé sur la pelouse, il se repose

Un regard coquin

Les oreilles noires tombantes

Sa robe blanche tachetée de noir

Il rêve

Isabelle

L’amphore bleu pastel

Je me souviens de cette magnifique poterie, trônant sur le guéridon de la vieille professeure de danse.

Probablement tournée à la main, elle mesurait environ quarante centimètres de haut. Son ventre joufflu, me faisait penser aux amphores antiques. Son couvercle en forme de chapeau me rappelait, grossit de trois ou quatre fois celui d’une salière utilisée au quotidien par ma mère. Ses anses de plâtre torsadées ainsi que les fines tresses de laurier entourant le col et la base du vase soulignaient la légèreté de l’œuvre. Des figurines d’albâtre blanc encerclaient la rotondité de la petite jarre.

Ses élèves lui avaient offert ce bel objet pour la Première du Lac des cygnes. Quand je l’ai retrouvé dans son grenier, bien préservé dans un écrin de soie, et dans un carton sur lequel était inscrit: ‘Tendres souvenirs’, je me suis demandé quelle devait être la destination première de cette petite amphore bleu pastel. A mi-chemin entre la mythologie et l’art imaginaire avec son arbre magique qui rappelle les contes pour enfants, avec ses dieux, Zeus peut-être, ses Héros, Cupidon, ses prophètes, Abraham… ce vase aurait-il pu contenir une eau de jouvence et trôner dans le salon d’une jeune femme prête à se marier, ou encore servir d’urne funéraire à un être adoré parti vers les limbes ou vers les bleus du paradis ?

D.D’O

La pipe

En voyant cette pipe je me souviens…

J’étais chez mon grand-père. Je l’ai vu prendre sa pipe en bois dans le tiroir. Sur la table il y avait son tabac bleu. Il enfournait le tabac et le tassait. Puis il l’allumait avec une allumette. Il avait une pipe dont le fourneau représentait une tête de marin comme celle-ci. Il en avait d’autres qui représentaient des chopes de bière en faïence, ou des têtes sculptées dans le bois

Michèle


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s