Le sac en papier

sac-en-plastique collage de D.D’O

Ô, rêve en sac, ô, paradis,

A ta joie et, pour mon dépit,

Imaginaire, tu t’envoles,

Tout mon respect, même frivole.

 

Dans ton envol, se fond la joie,

Au contraire, de tout émoi.

Ton silence, je le médite.

Ton paradis, il me délite.

 

Créatrices, en ta langueur,

Bienfaitrices, esprit sauveur,

Mes chimères, résignation,

Tu apathies, incarnation.

 

Toi création, je te respecte.

Tu m’obliges, mais ne m’affectes.

Dans ton monde, tu me surprends.

Ô, rêve en sac, ma vie tu prends.

D. D’O

C’est l’histoire éternelle d’un homme et d’une femme qui se rapprochent l’un de l’autre.

Ils s’endorment dans la campagne, sur un tas de feuilles à côté d’un sac aux couleurs gaies de l’automne. Ils sont bien endormis quand surgit un écureuil qui saute autour d’eux et les réveille pour leur demander où sont passées ses noisettes.

C’est l’histoire de la réponse que chacun va faire face à l’invraisemblance de la situation.

Thérèse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s