Qu’est-ce que la mémoire de l’eau ?

ruissellement

La mémoire de l’eau

C’est comme les insectes qui se souviennent d’un amour extrême

Ou les étoffes qui en faisant du bruit peinturlurent leur singularité

Ou Pierre qui vacille tel un sacré menteur

La mémoire de l’eau

C’est quand un poète jouit en proie à une agitation grandissante

Quand la méprise avoue l’autre différence

Quand, comme en rêve il a l’impression de se déshydrater

et quand le sommeil s’amenuise en éclats métalliques

La mémoire de l’eau

c’est là où les vaisseaux gonflés promènent les filets

là où l’eau des grands bassins se rit d’une ride

où un couple plonge dans les corsages des saltimbanques

et où la cassure se ment dans un rugissement de vagues

La mémoire de l’eau

c’est une subtile méthode pour embrasser la fantaisie

quand, avide, il guette la ressemblance d’un si friand morceau

et que ses cheveux en forêt vierge trouvent leur boite

La mémoire de l’eau

c’est

entendre les souffrances salutaires du souvenir

Collectif


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s