La mère

«  Il sera toujours dit et cette macabre superstition est devenue une croyance ferme que lorsque la mort entre une fois dans une demeure, elle y revient forcément comme un assassin sur les lieux du crime »

A l’aube, Fatima s’est éteinte en donnant la vie. Elle n’aura ni la fierté d’offrir un fils à son mari, ni la joie d’accompagner les premiers cris de ce nouveau-né, ni celle de voir grandir sa fille Nour. Les femmes ont emporté le bébé et la kasbah s’emplit de pleurs et de lamentations. Mohamed s’est réfugié dans une des cuisines devant le four à pain et surveille la cuisson de la galette en tentant de reproduire les gestes sûrs, qu’elle, son aimée exécutait avec précision et dextérité. Qu’il l’a aimée ! Sa belle présence dans cette Kasbah Amridil lui a donné goût à la vie et au bonheur. Nour sa fille est venue il y a un an confirmer la nouvelle famille. La ressemblance avec sa mère le plonge dans des souvenirs douloureux et ce garçon qu’il espérait et qui arrive sera Reda force de vie – elle devra être décuplée pour avancer sur le chemin sans mère

Aujourd’hui Reda a douze ans, jeune garçon étrange. Il utilise un langage que seule sa sœur comprend, un drôle de charabia qu’elle traduit au quotidien. Ils sont toujours ensemble et ont grandi dans la complicité et l’exclusivité. Ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre. Elle est sa voix, il est sa pensée d’autant plus qu’il a le pouvoir de lire le cœur de tous.

lire la suite


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s