Le soleil n’est plus noir

cut-up2

Cut-up à partir du texte de la chanson « Soleil noir » de Barbara (1968)

Je jure de dire où la fleur était rouge ;

Que le bruit de la mer, au bout de ce voyage,

Faisait taire les armes quelque part.

J’ai recherché pour effacer vos larmes

Un enfant blond qui m’a menée ici.

 

J’ai conjuré le sort, les frontières, l’oubli ;

Je reviens avec eux, à jamais, quelque part.

Et mon soleil est une chanson.

S’il faut aller au-delà des déchirures,

Je vous reviens.

 

Que faut-il donc faire pour que cesse l’ennui ?

J’ai refusé la mort, je ne ramène rien.

Je reviens d’un coin de terre égratignée.

Ivre, j’ai regardé les hommes

Et j’ai serré les poings.

Avec eux, la vie était belle.

 

Je suis écartelée, je veux vivre,

Et si je le pouvais je reprendrais l’aventure,

Ailleurs ou demain.

 

J’entends sonner le fascinant hasard.

Le cœur solitaire me ramène là-bas

Où le sable était plus loin que le désespoir,

Où le bruit de la mer était une chanson.

Andrée

cut-up

Des mers en furies, au soleil danse Mozart

Je suis sortie, sur des airs de guitare

La force de vivre, court-vêtue

L’œil alangui, heureux tintamarre

Vague souvenir, du premier bienvenu.

 

J’allais pouvoir enfin, rattraper mon retard

J’ai aimé, à bouche que veux-tu

Des chants heureux et bizarres

Légère, si légère, que j’aurais voulu

 

Mille fois, vous ramener mon histoire

Pays de paradis, coquillages blancs

Qui roulent sous les vagues, quelque part

D’éternels étés, des rouges éclatants.

 

J’ai tout essayé et j’ai frissonné

Pour ne plus jamais oublié

Musiques folles, cailloux salés

Que la vie résonne, le soleil léger.

 

Des mers en furies, au soleil danse Mozart.

D.D’O

 

Le son des choses

Des chants heureux qui résonnent – la force de vivre

Je me suis enfuie, je reviens et j’entre dans la danse

Oh, le bruit des rires! J’allais court-vêtue

Sur des airs de guitare, sous des ciels rouges

Éclatant sous les vagues

J’ai brûlé avec le soleil

Et la rage de vivre. Pays de paradis

J’ai aimé mon histoire – vague de souvenirs

Je reviens rattraper mon retard

Et j’ai tout essayé

Mille fois ramenée d’un joyeux tintamarre

J’ai oublié Mozart

J’ai appris des musiques barbares

Qui roulent quelque part

Mon soleil

Le son des choses

Thérèse

cut-up3

Que la vie était belle

Là-bas le bruit de la mer était une chanson

Le cœur égratigné j’ai serré les poings

Demain – le soleil et le sable blond

S’il fallait aller plus loin je reprendrais l’aventure

Au-delà des frontières

Quelque part,  je reviens,

Seule, solitaire, mais ivre, de ce voyage

J’entends le cœur qui sonne

Le soleil efface la terre

J’ai recherché la fleur rouge

Michèle


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s