Patchwork en noir et blanc

L’écran du noir absolu, l’as tu relu? Veux-tu reprendre la craie de tes nuits blanches?
Ah! oui, tu préfères te cacher sous ton chapeau pointu, turlututu!
Je sais que tu n’aimes pas l’inattendu.
            De ta mémoire dépoussiérée, tu feuillèteras quelques pages teintées de
            noir mais aussi de blanc, tu vois, on ne peut jamais faire » semblant »
              ……Je….. me…..souviens:
Le moineau, ni noir ni blanc, s’est blessé mortellement, de mes petits doigts noircis par la terre, je l’ai enterré
            Les habitants de la forêt ont revêtu leur plumage noir….consolons nous
            ce n’est qu’un deuil blanc!
Un autre jour, j’étais assise sur le banc, mon regard s’était porté sur les vaches à la robe noire et blanche et, déjà, je rêvais du bon lait qui ce soir, jaillirait du pis blanchâtre tacheté de noir.
            Quand la mémoire quitte l’esprit, les Québecois parlent de blancs de
            mémoire, c’est mieux que des trous de mémoire, ainsi, sur le grimoire de
            mon histoire,  me voici désormais inscrite dans le registre de la vie.
  Blanc de baptême en occident, blanc du deuil en orient, soufflez le vent
            tout doucement sur tous ces ornements
 Cécile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s