Naufrage en rouge

Ecoutez la musique des femmes du monde qui travaillent, enfantent, souffrent et donnent.

La femme africaine danse, absolue nécessité. Ses pieds avancent sur la terre ocre. Son corps nu disparait dans les reflets sanglants du ciel couchant avec les pierres et les ombres. Assise, elle se repose. Se soucie-t-elle du pauvre mystère de ne pas être vue ? Elle pense : « Le soleil me cherche ».

Fille d’esclave le feu l’engloutit. Elle creuse la terre sèche pour survivre au naufrage.

Dominique Pierre

Cramoisi, carmin, grenat,

Gouleyant, boisé, pierre à fusil,

Le peignoir glisse le long des cuisses

On attendait avec émotion l’histoire des croisades

ses seins dansent sur Carmina Burana,

ses mains bougent rue Monge,

La femme acéphale s’enfuit sous cette chaleur,

Après tous ces mouvements,

elle était assouvie et pouvait jouir du droit à la paresse

FPH



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s